L’Enseignement des animaux pour l’homme…

L’Enseignement des animaux pour l’homme…L’apprentissage par l’amour L’apprentissage par l’amour est une pédagogie qui s’appuie sur la réalité présente d’un être qui lui permet d’intégrer un passé parfois douloureux pour s’ouvrir vers une évolution et un futur.C’est une pédagogie qui permet d’intégrer les blessures, de leur donner un sens et ainsi de les guérir.L’amour est un apprentissage basé sur l’estime de soi, le goût de comprendre, de créer, le goût de l’effort et du dépassement de soi, le refus de la compétition avec les autres et la recherche de relations justes avec eux et toutes les espèces.Libres enfants deTerre d’illichIls sont ici des hôtes de marque… de l’enfant individu à l’enfant intérieur de l’adulte.Nous nous efforçons à chaque étape de leur dire la vérité et de les positionner dans une relation qui intègre l’éthique vis-à-vis de l’animal. Nous les invitons à apprivoiser leurs pulsions, à prendre en chargeleurs besoins et leurs désirs  sans les<br /> exacerber dans la toute puissance narcissique ou la satisfaction à n’importe quel prix.Nous les aidons à orienter leur énergie vers le futur dans<br /> l’acceptation de chaque instant, bon ou mauvais, en s’affranchissant du jugement et de<br /> l’auto-dévaluation. Et surtout, nous<br /> nous efforçons chaque jour, d’être l’exemple de ce que nous<br /> enseignons.Développer son imaginaireL’indéfectible affection partagée avec leur compagnon cheval ou poney leur<br /> permet, avec le temps, de galoper dans leur imaginaire tout en patientant dans<br /> la lente mais constante élaboration de leur talent unique et de leur stabilité intérieure… qui est<br /> la véritable liberté et la condition de l’équitation de conscience. Finalement, grandir ensemble, avec le temps de la vie naturelle ! Et<br /> peut-être, peu à peu, leur initiation<br /> aux exigences de l’art équestre, revisité par l’Equitude, les pousseront à réinventer à leur tour et à<br /> manifester, les universelles qualités de<br /> relation avec le monde des chevaliers du 21ème<br /> siècle…Sources : Marie Christine<br /> Favé ; Fanchon Pradalier-Roy

L’apprentissage par l’amour 

L’apprentissage par l’amour est une pédagogie qui s’appuie sur la réalité présente d’un être qui lui permet d’intégrer un passé parfois douloureux pour s’ouvrir vers une évolution et un futur.

C’est une pédagogie qui permet d’intégrer les blessures, de leur donner un sens et ainsi de les guérir.

L’amour est un apprentissage basé sur l’estime de soi, le goût de comprendre, de créer, le goût de l’effort et du dépassement de soi, le refus de la compétition avec les autres et la recherche de relations justes avec eux et toutes les espèces.

Libres enfants de Terre d’illich

Ils sont ici des hôtes de marque… de l’enfant individu à l’enfant intérieur de l’adulte.

Nous nous efforçons à chaque étape de leur dire la vérité et de les positionner dans une relation qui intègre l’éthique vis-à-vis de l’animal. Nous les invitons à apprivoiser leurs pulsions, à prendre en chargeleurs besoins et leurs désirs  sans les exacerber dans la toute puissance narcissique ou la satisfaction à n’importe quel prix.

Nous les aidons à orienter leur énergie vers le futur dans l’acceptation de chaque instant, bon ou mauvais, en s’affranchissant du jugement et de l’auto-dévaluation. Et surtout, nous nous efforçons chaque jour, d’être l’exemple de ce que nous enseignons.

Développer son imaginaire

L’indéfectible affection partagée avec leur compagnon cheval ou poney leur permet, avec le temps, de galoper dans leur imaginaire tout en patientant dans la lente mais constante élaboration de leur talent unique et de leur stabilité intérieure… qui est la véritable liberté et la condition de l’équitation de conscience.

Finalement, grandir ensemble, avec le temps de la vie naturelle ! Et peut-être, peu à peu, leur initiation aux exigences de l’art équestre, revisité par l’Equitude, les pousseront à réinventer à leur tour et à manifester, les universelles qualités de relation avec le monde des chevaliers du 21ème siècle…

Sources : Marie Christine Favé ; Fanchon Pradalier-Roy

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Le Cheval Management vu par Sandrine Pierre

Le Cheval Management vu par Sandrine PierreSandrine Pierre, dirigeante de l’entreprise «Atelier du développement » a participé à une séance découverte de Cheval Management, accompagnée de Marie-Danièle Desbouis, dirigeante de l’entreprise «Projet Réalité ».Voici un bref résumé de son ressenti :L’activité en elle-même l’a interpellé, et a attisé sa curiosité. C’est l’une des raisons de sa venue, en plus de sa rencontre avec Martine lors d’une soirée pour relier<br /> des réseaux professionnels. “Surprise” est le premier mot qui lui est<br /> venu à l’esprit; surprise de comment<br /> notre changement de comportement se reflète à travers le cheval, de la<br /> lisibilité de l’impact.Les<br /> exercices proposés invitent à réagir :<br /> changement de posture ou d’intention. Des changements nécessaires face aux<br /> exercices demandés. L’issue assure un bénéfice dans la recherche de maîtrise de<br /> soi. Cette démarche invite la<br /> personne à oser prendre des décisions pour s’adapter à son environnement<br /> tout en atteignant les objectifs. Un monde dédié au cheval qui fait perdre ses repèresSelon<br /> Sandrine, cette expérience permet d’intervenir sur des aspects parfois difficiles à travailler dans notre quotidien. Entrant<br /> dans ce lieu dédié au cheval, « on s’écarte déjà de nos repères courants. On<br /> décide de sortir de notre zone de confort pour investir notre zone d’inconfort.<br /> Cela invite d’emblée à travailler sur soi, à se dépasser ».Sandrine<br /> Pierre insiste sur l’idée de Protection<br /> (en la présence de Martine et du cadre) et de Permission (en osant chercher en soi pour mieux comprendre et guider<br /> le cheval).Dans<br /> le cadre de l’entreprise, Sandrine Pierre y voit un apport enrichissant et des mises en pratiques très concrètes pour les managers :        - Ouvrir<br /> de nouvelles perspectives et ressources,        - Retrouver<br /> de la confiance en soi,        - Développer<br /> les compétences relationnelles,        - Stimuler<br /> la cohésion d’équipe, découvrir d’autres styles de management.

Sandrine Pierre, dirigeante de l’entreprise «Atelier du développement » a participé à une séance découverte de Cheval Management, accompagnée de Marie-Danièle Desbouis, dirigeante de l’entreprise «Projet Réalité ».

Voici un bref résumé de son ressenti :

L’activité en elle-même l’a interpellé, et a attisé sa curiosité. C’est l’une des raisons de sa venue, en plus de sa rencontre avec Martine lors d’une soirée pour relier des réseaux professionnels. “Surprise” est le premier mot qui lui est venu à l’esprit; surprise de comment notre changement de comportement se reflète à travers le cheval, de la lisibilité de l’impact.

Les exercices proposés invitent à réagir : changement de posture ou d’intention. Des changements nécessaires face aux exercices demandés. L’issue assure un bénéfice dans la recherche de maîtrise de soi. Cette démarche invite la personne à oser prendre des décisions pour s’adapter à son environnement tout en atteignant les objectifs.

Un monde dédié au cheval qui fait perdre ses repères

Selon Sandrine, cette expérience permet d’intervenir sur des aspects parfois difficiles à travailler dans notre quotidien. Entrant dans ce lieu dédié au cheval, « on s’écarte déjà de nos repères courants. On décide de sortir de notre zone de confort pour investir notre zone d’inconfort. Cela invite d’emblée à travailler sur soi, à se dépasser ».

Sandrine Pierre insiste sur l’idée de Protection (en la présence de Martine et du cadre) et de Permission (en osant chercher en soi pour mieux comprendre et guider le cheval).

Dans le cadre de l’entreprise, Sandrine Pierre y voit un apport enrichissant et des mises en pratiques très concrètes pour les managers :

– Ouvrir de nouvelles perspectives et ressources,

– Retrouver de la confiance en soi,

– Développer les compétences relationnelles,

– Stimuler la cohésion d’équipe, découvrir d’autres styles de management.

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Expérience de Cheval Management

Stagiaires en communication à Terre d’illich, nous avons eu l’occasion de participer à une séance découverte de Cheval Management. Voici nos témoignages de cette expérience.

Xavier

« Pour cela, nous avons suivi l’enseignement de Martine Clerc qui, pour commencer, nous a donné une brève leçon historique sur le cheval afin de mieux comprendre cet animal.

Ensuite, elle nous a fait une démonstration des exercices qu’elle nous demandait d’effectuer.

Le but de ces exercices était de savoir si on pouvait trouver le leader qui est en nous avec l’aide du cheval, pas un leader par la peur ou par la force, mais par la présence et par la détermination que notre corps exprime et qui est ressentie par le cheval.

Au début des exercices, j’étais hésitant, j’avais pleins de questions en tête, Martine m’a encouragé à me lancer comme je le sentais, car elle m’a affirmé qu’il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise attitude à avoirjuste l’attitude qui nous correspondait le mieux.

Je me suis alors lancé en exécutant les exercices le mieux possible. Et plus j’avançais dans les exercices, plus je prenais de l’assurance et non seulement dans mon attitude, mais aussi envers le cheval, j’avais plus de facilité à me déplacer avec lui. Pour le dernier exercice, j’ai marché dans l’enclos, sans regarder le cheval, et, tout naturellement, il a commencé à me suivre, il marchait quand je marchais et s’arrêtait quand je m’arrêtais. J’ai trouvé cette situation presque normale après avoir exécuté les différents exercices, larelation entre nous devenait naturelle. »

image

Sophie

« Pour commencer, je tiens à préciser que le cheval ne fait pas partie des animaux avec lequel je suis le plus à l’aise. Il est vrai que sa masse musculaire et sa taille ont tendance à facilement m’impressionner. J’ai eu rarement l’occasion de le côtoyer, mis à part quelques stages étant petite et je n’interprète pas toujours correctement ses réactions. Hormis quelque moment d’hésitation au démarrage, cette appréhension ne m’a pas posé de problèmes particuliers durant la séance. Les exercices se sont enchaînés, et j’ai discerné rapidement une difficulté à me faire comprendre dans mes intentions. La situation demande d’être claire dans son esprit pour pouvoir discerner convenablement les actions à mettre en œuvre. Je n’ai jamais été à l’aise pour prendre les devants car je suis quelqu’un qui me pose beaucoup de questions. Je suis par conséquent rarement sure de moi et faire entendre mes idées s’avère parfois difficile.

Le cheval management m’a permis de me confronter à ce cas de figure où il est de mon devoir de m’affirmer pour bien me faire entendre et surtout comprendre. Ce cadre inhabituel offre la possibilité de s’exercer et de s’améliorer en quelques heures sur des attraits de notre personnalité qui surgissent tout au long de notre vie. À la fin de la séance, on se retrouve face aux évidences et aux différentes solutions que l’on a réussi à proposer. Pour ma part, la tâche la plus ardue réside ici. Lorsque l’on sait qu’il ne reste plus qu’à adapter ce que l’on vient d’appliquer avec le cheval à notre quotidien. »

image

Salomé

« J’ai ressenti cette expérience d’une manière plus personnelle que professionnelle.

Tout d’abord, j’étais légèrement inquiète à l’idée de devoir me confronter à un être qui pouvait ressentir mes émotions malgré mon désir de les camoufler.

En rentrant dans le manège, lorsque je me suis retrouvée face à Sylight, un beau cheval blanc tacheté de noir, le courant est tout de suite passé, il s’est collé à moi et ne me lâchait plus.

Durant les exercices, je me sentais bien, en confiance, Sylight suivait toutes mes propositions à mon grand étonnement. J’ai pris énormément de plaisir à travailler avec un cheval pour une première fois.

Cet exercice m’a prouvé que j’avais un peu de leader en moi, et que je pouvais être claire dans mes intentions. Ce qui m’a marqué, c’est que je me sentais moi-même face à Sylight, j’étais authentique avec lui comme avec moi, chose que je ne retrouve pas dans mes interactions avec les humains. J’ai donc poursuivi dans cette direction en cherchant à comprendre ce qui créer cette différence.

Ma réponse est le jugement. Face à une personne, je me sens jugée ce qui m’incite à me juger moi-même. À la suite de ce cheminement, je me bride, je me censure, donc je ne suis plus vraiment moi-même.

Maintenant, il ne reste plus qu’à chercher comment me retrouver et retrouver cette confiance… »

image

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Témoignages de trois stagiaires en communication à Terre d’illich

« Je m’appelle Xavier, je suis en deuxième année en Licence Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Catholique de l’Ouest à Arradon. J’effectue un stage d’un mois avec deux autres étudiantes au sein de l’écurie Terre d’illich, où plusieurs missions nous ont été confié afin de modifier, de créer ou d’améliorer le système de communication.

Terre d’illich n’est pas seulement une écurie, elle aspire à bien plus, notamment à une production de produits Bio, cours de cuisine et différents stages aussi diversifié les uns que les autres, mais qui tourne toujours autour du cheval. On ressent l’envie de chaque membre de vouloir donner le meilleur d’eux-mêmes, afin d’arriver aux résultats qu’ils se sont fixés.

L’ambiance de Terre d’illich est très agréable, très calme et très reposante. Ils forment une grande famille dans laquelle les chevaux occupent une grande place. Ce phénomène représente un contexte de travail très agréable et la motivation nécessaire afin d’accomplir un travail qui pourra leur permettre d’avancer dans leur projet.

Je suis heureux de pouvoir apporter mon aide durant ce stage afin de pouvoir faire un petit peu avancé leurs projets qui se concrétisent au fur et à mesure que le temps passe. »

« Je m’appelle Salomé, j’ai 20 ans et je suis comme les autres en Licence Information-Communication en seconde année. Pour mon stage, je ne savais pas où aller car je n’ai pour le moment aucune idée de projet professionnel concret. C’est alors que mon amie Sophie m’a parlé de l’endroit où elle faisait son stage, apparemment, ils rechercheraient encore un ou deux stagiaires en communication en plus.

Après un bref échange téléphonique, je me suis rendue sur place, c’est à ce moment que j’ai eu mon coup de cœur pour Terre d’illich. Le cadre, les chevaux, les acteurs, les idéaux, la philosophie, les projets, m’ont plu et intéressé. Peu de temps après un autre ami, Xavier, c’est joint à nous pour son stage, c’était parfait. Nous travaillons dans un petit studio au-dessus de leur accueil, on a des canapés, un lit, des bureaux évidemment, et même une salle de bains. Bref « On se met bien quoi ! »

Gilbert travaille souvent avec nous au bureau, ce qui est parfait car il est toujours disponible si nous avons des doutes, des questions, il est là. Mireille et Martine, c’est autre chose, toujours à gauche ou à droite. Il est difficile de les intercepter. Martine disait que Terre d’illich est une véritable ruche, on devine qui fait les abeilles. Nous avons quand même tous les matins un moment avec Mireille pour faire un bilan. Ce qui est agréable, c’est que nous avons toujours notre mot à dire et qu’ on se sent écouté… Bref, à Terre d’illich, ils sont humains. »

« Nos missions ? Gérer la communication internet, c’est-à-dire, faire et programmer les futurs posts sur Facebookcréer et gérer le blog, faire les finitions du site internet, faire des affiches afin de promouvoir les stages à venir. Du coup, on rédige, met en page interview, photographie, on s’immerge complètement dans la vie du centre équestre. J’ai appris beaucoup ici, nous avons eu un cours sur WebCreator avec Cédric leur informaticien, j’ai découvert comment faire une programmation Facebook…

Mais je n’ai pas seulement appris sur la communication, j’ai appris beaucoup sur leur philosophie, qu’elle en est devenue mienne : les créatifs culturels. J’ai découvert l’Equitude, le Cheval Management auquel on a pu participer à une séance. J’ai appris sur les chevaux et j’ai découvert par la même occasion que je me sentais bien avec ces animaux, j’aimerais en apprendre plus sur eux.

Très vite, on se sent chez soi à Terre d’illich, en toute honnêteté, je n’ai aucune envie de quitter cet endroit et encore moins pour retourner à la fac, mais chaque bonne chose à une fin n’est-ce pas ?

image

De gauche à droite: Sophie, Xavier et Salomé.

Je me nomme Sophie, j’ai 19 ans et je suis à l’UCO d’Arradon avec Salomé et Xavier. J’effectue un stage d’1 mois à Terre d’illich, une écurie pas comme les autres. « Ici on ne fait pas de l’équitation mais de l’Equitude » m’a dit Mireille lors de mon entretien. Concept que je n’arrivais pas bien à cerner avant de travailler chez eux, mais qui attisait ma curiosité. Notre rôle au sein de cette écurie vise à améliorer et créer des axes de communicationpour le site internet, le Facebook, le blog ou encore les stages qui y sont proposées. Pour cela, il nous aura fallu concevoir des affiches, des postes, des articles ainsi que des montages photos. Pour ma part, j’ai trouvé ce stage particulièrement intéressant car il se détache du monde de l’entreprise brut. Il permet ainsi de nous préparer à travailler pour des domaines que l’on ne connait pas et avec des philosophies peu communes.

Terre d’illich s’associe aux mœurs des créatifs culturels, ce qui est totalement nouveau pour nous mais très enrichissant. Ici on pense émotionressentienvironnement et chevalavant tout. Il est alors possible d’ouvrir des champs de réflexion insolite, en marge de celle que l’on retrouve dans notre société contemporaine. Cette écurie nous apprend à ouvrir notre esprit et surtout être créatif dans ce qui n’a pas l’habitude d’être exploré. L’Equitude comme le Cheval Mangement sont représentatif de cette idéologie en nous poussant à explorer notre moi intérieur.

Un processus bénéfique dans l’émergence de connexions dont nous n’avons pas forcément conscience. Il est difficile de mettre des mots sur l’étendu de ces perceptions psychiques, d’autant plus qu’il est difficile d’aller les chercher pour les apprivoiser et les faire évoluer. C’est pourtant le plan d’action de Terre d’illich qui nous incite à les remarquer, les faire émerger et les travailler. Par cette complexité, il est plus facile de vivre ces expériences plutôt que de chercher à les comprendre, comme il est plus facile de faire agir notre corps plutôt que d’en comprendre le fonctionnement.

En d’autre terme, l’écurie Terre d’illich regroupe tous ces éléments par des mises en situation avec le cheval, afin de nous faire vivre une expérience hors du commun.

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Marion, équitudiante de 9 ans, apprend à apprivoiser sa peur.

Marion, équitudiante de 9 ans, apprend à apprivoiser sa peur. La pratique de l’équitude lui permet de travailler sur ses angoisses qui la démunissent au quotidien dans de nombreuses autres situations. Princesse est la ponette qui lui offre l’opportunité de vaincre ses appréhensions et de reprendre confiance en elle. Les cours individuels qu’elle prend une semaine sur deux, lui ont permis de continuer les cours collectifs qu’elle supportait de moins en moins. Les cours en groupe lui procurent un stress qu’elle ne contrôle pas dû à son manque d’autonomie à ce jour. L’imposante carrure de ce mammifère et son imprévisibilité rendent Marion<br /><br /> anxieuse. Aidée de Mireille, elle s’exerce à respirer et à guider son poney selon<br /><br /> son propre ressenti et en prenant en compte son environnement. La pratique de l’Équitude l’aide ainsi à reconnaître ses émotions, à les accepter et à les apaiser.

La pratique de l’équitude lui permet de travailler sur ses angoisses qui la démunissent au quotidien dans de nombreuses autres situations. Princesse est la ponette qui lui offre l’opportunité de vaincre ses appréhensions et de reprendre confiance en elle. Les cours individuels qu’elle prend une semaine sur deux, lui ont permis de continuer les cours collectifs qu’elle supportait de moins en moins. Les cours en groupe lui procurent un stress qu’elle ne contrôle pas dû à son manque d’autonomie à ce jour. L’imposante carrure de ce mammifère et son imprévisibilité rendent Marion anxieuse. Aidée de Mireille, elle s’exerce à respirer et à guider son poney selon son propre ressenti et en prenant en compte son environnement. La pratique de l’Équitude l’aide ainsi à reconnaître ses émotions, à les accepter et à les apaiser.
http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.