Témoignages de deux stagiaires en communication à Terre d’illich

« Je m’appelle Laura, j’ai 20ans, je suis en 3ème année de Licence Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCO d’Arradon. Chaque année nous réalisons un stage en entreprise. Cette année j’ai voulu faire un stage qui sorte de l’ordinaire et des entreprises classiques… Pour le coup j’ai trouvé la bonne structure ! Terre d’illich, déjà un nom qui fait rêver

Afin de mieux comprendre l’approche des chevaux, Martine nous a proposé une séance de découverte du Cheval Management. Cette expérience a été très surprenante et enrichissante sur notre manière de percevoir la communication avec l’animal mais aussi avec les hommes.

Ce qui m’a beaucoup plus à Terre d’illich est d’avoir une certaine autonomie. Nous pouvions travailler à notre rythme. Si l’on veut passer un moment dans les prés avec les chevaux on peut y aller sans problème. Je me suis rendue compte que moins on stresse et plus nous sommes finalement efficace et productif ! En plus, les chats sont toujours dans les parages pour nous faire part de leurs ronronnements et de leurs câlins.

J’ai aussi beaucoup apprécié les échanges avec les différentes personnes qui sont passées par Terre d’illich : les équitudiant(e)s, Cynthia qui nous a fait découvrir le yoga avec le cheval, Fauve qui nous à exposé ses très belles peintures, Jean-Paul l’apiculteur de Terre d’illich, Patricia la voisine de Terre d’illich, Wendy de Chamomile Cuisine… Toutes ces rencontres aussi différentes les unes que les autres montrent l’ouverture de Terre d’illich aux autres et surtout l’intérêt qu’ils portent à chacun d’entre eux. Ici tout le monde trouve sa place.

Moi qui voulais un stage différent c’est réussi ! J’ai passé un super stage où j’y ai appris beaucoup de choses sur les chevaux, la nature, les autres et moi même. Merci à Mireille, Martine, Aurore et Gilbert de nous avoir permis de vivre cette expérience inoubliable ! Je suis impatiente de revenir en Terre d’illich ! »

De gauche à droite: Tiphaine, Pipo et Laura

De gauche à droite: Tiphaine, Pipo et Laura

« Je m’appelle Tiphaine, j’ai 21 ans, et je suis en 3ème année de Licence des Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCOBS d’Arradon. Pour ces deux mois de stage,  j’ai choisit Terre d’illich, un lieu que je ne connaissais pas, et atypique. Lorsque je suis venue, je suis tombée amoureuse de l’endroit : de la nature, des chevaux, des chats, et surtout une équipe très sympa. Mireille nous a décrit Terre d’illich, mais aussi son monde équestre : l’Equitude. On se demande ce qu’est l’Equitude, mais lorsque que l’on travaille à leur côté, ce mot prend tout son sens. C’est de l’équitation, mais avec de la communication non verbale sans violence, une compréhension de l’animal, et surtout une connexion à lui.

Pour pouvoir mener à bien nos missions, on travaille dans un studio calme, avec Gilbert qui est là pour nous faire rire. Nos missions étaient de poursuivre les publications sur Internet : le compte Facebook et le blog. J’ai également fait de la photographie. Etant photographe amateur, j’ai pu photographier les cours des enfants, les stages à thème, les chevaux, … Cela m’a permis de rencontrer des personnes authentiques: Cynthia et son approche du yoga, Patricia la voisine de Terre d’illich, Jean-Paul l’apiculteur, les équitudiants, … Ces missions ont pu se faire autour d’une équipe qui donne toujours le meilleur d’elle-même, calme, et où le cheval prend une très grande place.

En plus de tout ce travail, on apprend beaucoup de leur philosophie peu commune : celle des Créatifs Culturels. Ils pensent beaucoup au ressenti, l’émotion que l’on transmet, l’environnement, l’écologie, et surtout au bien-être du cheval (Ici, le cheval est libre).

En Terre d’illich, on en apprend sur les chevaux et les humains, nous-même (Cf. Cheval Management), le partage, le respect, et l’écoute !

Terre d’illich, c’est un endroit où l’on vient sans la peur de se faire juger et qui nous donne la motivation pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. L’équipe m’a donné l’envie de continuer l’expérience avec les chevaux. Je les remercie pour ces sept semaines que je n’ai pas vu passer, ce fut une très bonne expérience. »

Publicités

Expérience de Cheval Management

Actuellement en stage à Terre d’illich, Martine nous a proposé de découvrir le Cheval Management. Voici nos témoignages…

Tiphaine

Martine nous a expliqué le lien avec le management. Elle a repris l’histoire du cheval tout en nous invitant à nous imaginer cheval. Ce qui m’a marquée est que le cheval connaît la peur et que son large champ visuel lui permet d’être informé d’un danger rapidement.

Par la suite, Martine a montré l’ensemble des exercices que Laura et moi étions invitées à explorer avec Djaïne, la jument. Ces exercices ont pour but d’aller chercher, au plus profond de nous, les émotions qui vont permettre de teinter le message d’assurance et de confiance. Le cheval cherche à trouver des qualités de leader dans tous ses interlocuteurs.

Laura est passée avant moi, cela m’a aidée pour pouvoir à mon tour faire l’exercice avec le cheval. J’ai pu observer comment elle se comportait avec lui, mais aussi comment elle réagissait face à lui. J’en ai conclu que cet exercice est moins facile que je le pensais au départ.

Je suis à la base une personne peu sûre de moi, qui n’ose pas aller au bout de l’action, de peur que cela déplaise à la personne, et que je me sente jugée. Martine m’a affirmé que le cheval n’est pas là pour me juger, mais pour comprendre le message que je lui donne. Face à lui, je ressentais la peur de lui faire mal physiquement en utilisant le stick destiné à amplifier ma gestuelle. Elle est donc revenue dans le manège pour m’accompagner dans mon émotion, ce qui m’a permis d’affronter ma peur. Je me suis sentie alors plus sereine, et j’ai pu oser exprimer ce que je voulais demander au cheval.

Au cours de la séance, elle nous a posé la question « dans quelles émotions êtes-vous lorsque vous êtes motivés pour une tâche ? ». Les mots « colère » et « joie » me sont tout de suite venus: colère car ça m’aide à avancer, et joie car j’ai accompli ce que je désirais. A partir de ce moment, il faut connecter les gestes à l’émotion que l’on souhaite dégager afin que le cheval ressente la cohérence du message.

Au moment de s’arrêter, on redescend toute l’énergie fournie, et on se rend compte alors qu’on était en connexion avec le cheval, car il va en même temps que nous redescendre son énergie et s’arrêter.

Cette séance fût courte, mais très intéressante. Intéressante car j’ai découvert que la gestuelle était une forme de communication, et que les mots ne sont pas tout le temps nécessaires. Et également, car j’ai appris sur moi. J’ai amorcé une remise en question de certains de mes comportements relationnels.

Un dernier mot pour cette séance: MERCI.

Tiphaine

Laura

Tiphaine et moi avons vécu une expérience de Cheval Management avec Martine, qui nous a guidé et accompagné dans cette découverte. Nous avons choisi de travailler avec Djaïne, une magnifique jument noire.

Martine nous a d’abord fait un bref historique du cheval et nous a demandé de nous imaginer dans la peau d’un cheval afin de nous faire entrer dans l’univers de nos amis les équidés.

Dans Cheval Management, tout est basé sur la cohérence entre ce que l’on souhaite dire, notre idée de départ et notre comportement corporel c’est à dire le dynamisme et l’ampleur de nos mouvements.

Le début de notre exercice consistait à inviter le cheval à se déplacer pour nous permettre d’évoluer en toute liberté dans le manège sans lui faire peur mais en lui en faisant accepter notre demande. A Terre d’illich l’humain ne domine pas le cheval et inversement. Ensuite nous devions demander au cheval de marcher sur la piste et ensuite de le faire trotter. Tout ça avec un cheval en toute liberté bien évidemment !

Avec Tiphaine, nous avons été confrontées au fait que nous sommes trop « timide » dans l’inconnu. J’ai eu beaucoup de mal à me lâcher et aller chercher au plus profond de moi l’énergie la plus adéquate. Ma peur de l’inconnu m’a conduite à me restreindre moi même dans mes actions. Et si nous nous freinons, notre geste est incertain, manque de dynamisme et le cheval ne comprend pas notre message à cause de l’incohérence entre notre intention et notre comportement.

Une autre peur : celle de lui faire mal. En effet le geste dynamique m’a un peu impressionné mais Martine m’a poussée à m’interroger si « dynamique » était forcément synonyme de « violent« . Ce qui compte c’est l’intention : si je n’ai pas l’intention de lui faire mal je ne risque pas de lui faire mal. C’est un peu comme le chef d’orchestre qui fait passer toute l’énergie dans sa baguette pour montrer à son orchestre le message qu’il veut faire passer.

Il faut avant tout se faire confiance à soi, et savoir ce que l’on veut. Ensuite il faut que nos mouvements soient en accord avec notre pensée. Ce qui pour nous, semble « un peu plus dynamique » ne représente rien pour un cheval de 500Kg… Il faut savoir se faire entendre et surtout faire sentir par la présence et les mouvements. Le cheval nous perçoit par les mouvements et non par les mots. Ils peuvent nous aider à incarner d’avantage la dynamique nécessaire, mais n’aideront pas le cheval à comprendre ce qu’on lui demande… ça se saurait si les chevaux pouvaient utiliser les mots !

Le fait de voir Tiphaine travailler m’a fait me rendre compte de pleins de choses que je ne voyais pas lorsque j’étais sur la piste. En fait, il faut sans cesse apprendre à être en position d’observation tout en étant dans l’action.

A la fin de la séance, ma seule envie était de retourner dans le manège avec Djaïne pour apprendre à m’exprimer réellement avec toute ma personnalité et ma nature, sans avoir peur de la réaction du cheval. Si je réagis moi même en adéquation avec mon envie, le cheval va bien réagir car mon intention sera sincère.

Laura

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Le Cheval Management vu par Sandrine Pierre

Le Cheval Management vu par Sandrine PierreSandrine Pierre, dirigeante de l’entreprise «Atelier du développement » a participé à une séance découverte de Cheval Management, accompagnée de Marie-Danièle Desbouis, dirigeante de l’entreprise «Projet Réalité ».Voici un bref résumé de son ressenti :L’activité en elle-même l’a interpellé, et a attisé sa curiosité. C’est l’une des raisons de sa venue, en plus de sa rencontre avec Martine lors d’une soirée pour relier<br /> des réseaux professionnels. “Surprise” est le premier mot qui lui est<br /> venu à l’esprit; surprise de comment<br /> notre changement de comportement se reflète à travers le cheval, de la<br /> lisibilité de l’impact.Les<br /> exercices proposés invitent à réagir :<br /> changement de posture ou d’intention. Des changements nécessaires face aux<br /> exercices demandés. L’issue assure un bénéfice dans la recherche de maîtrise de<br /> soi. Cette démarche invite la<br /> personne à oser prendre des décisions pour s’adapter à son environnement<br /> tout en atteignant les objectifs. Un monde dédié au cheval qui fait perdre ses repèresSelon<br /> Sandrine, cette expérience permet d’intervenir sur des aspects parfois difficiles à travailler dans notre quotidien. Entrant<br /> dans ce lieu dédié au cheval, « on s’écarte déjà de nos repères courants. On<br /> décide de sortir de notre zone de confort pour investir notre zone d’inconfort.<br /> Cela invite d’emblée à travailler sur soi, à se dépasser ».Sandrine<br /> Pierre insiste sur l’idée de Protection<br /> (en la présence de Martine et du cadre) et de Permission (en osant chercher en soi pour mieux comprendre et guider<br /> le cheval).Dans<br /> le cadre de l’entreprise, Sandrine Pierre y voit un apport enrichissant et des mises en pratiques très concrètes pour les managers :        - Ouvrir<br /> de nouvelles perspectives et ressources,        - Retrouver<br /> de la confiance en soi,        - Développer<br /> les compétences relationnelles,        - Stimuler<br /> la cohésion d’équipe, découvrir d’autres styles de management.

Sandrine Pierre, dirigeante de l’entreprise «Atelier du développement » a participé à une séance découverte de Cheval Management, accompagnée de Marie-Danièle Desbouis, dirigeante de l’entreprise «Projet Réalité ».

Voici un bref résumé de son ressenti :

L’activité en elle-même l’a interpellé, et a attisé sa curiosité. C’est l’une des raisons de sa venue, en plus de sa rencontre avec Martine lors d’une soirée pour relier des réseaux professionnels. “Surprise” est le premier mot qui lui est venu à l’esprit; surprise de comment notre changement de comportement se reflète à travers le cheval, de la lisibilité de l’impact.

Les exercices proposés invitent à réagir : changement de posture ou d’intention. Des changements nécessaires face aux exercices demandés. L’issue assure un bénéfice dans la recherche de maîtrise de soi. Cette démarche invite la personne à oser prendre des décisions pour s’adapter à son environnement tout en atteignant les objectifs.

Un monde dédié au cheval qui fait perdre ses repères

Selon Sandrine, cette expérience permet d’intervenir sur des aspects parfois difficiles à travailler dans notre quotidien. Entrant dans ce lieu dédié au cheval, « on s’écarte déjà de nos repères courants. On décide de sortir de notre zone de confort pour investir notre zone d’inconfort. Cela invite d’emblée à travailler sur soi, à se dépasser ».

Sandrine Pierre insiste sur l’idée de Protection (en la présence de Martine et du cadre) et de Permission (en osant chercher en soi pour mieux comprendre et guider le cheval).

Dans le cadre de l’entreprise, Sandrine Pierre y voit un apport enrichissant et des mises en pratiques très concrètes pour les managers :

– Ouvrir de nouvelles perspectives et ressources,

– Retrouver de la confiance en soi,

– Développer les compétences relationnelles,

– Stimuler la cohésion d’équipe, découvrir d’autres styles de management.

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Expérience de Cheval Management

Stagiaires en communication à Terre d’illich, nous avons eu l’occasion de participer à une séance découverte de Cheval Management. Voici nos témoignages de cette expérience.

Xavier

« Pour cela, nous avons suivi l’enseignement de Martine Clerc qui, pour commencer, nous a donné une brève leçon historique sur le cheval afin de mieux comprendre cet animal.

Ensuite, elle nous a fait une démonstration des exercices qu’elle nous demandait d’effectuer.

Le but de ces exercices était de savoir si on pouvait trouver le leader qui est en nous avec l’aide du cheval, pas un leader par la peur ou par la force, mais par la présence et par la détermination que notre corps exprime et qui est ressentie par le cheval.

Au début des exercices, j’étais hésitant, j’avais pleins de questions en tête, Martine m’a encouragé à me lancer comme je le sentais, car elle m’a affirmé qu’il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise attitude à avoirjuste l’attitude qui nous correspondait le mieux.

Je me suis alors lancé en exécutant les exercices le mieux possible. Et plus j’avançais dans les exercices, plus je prenais de l’assurance et non seulement dans mon attitude, mais aussi envers le cheval, j’avais plus de facilité à me déplacer avec lui. Pour le dernier exercice, j’ai marché dans l’enclos, sans regarder le cheval, et, tout naturellement, il a commencé à me suivre, il marchait quand je marchais et s’arrêtait quand je m’arrêtais. J’ai trouvé cette situation presque normale après avoir exécuté les différents exercices, larelation entre nous devenait naturelle. »

image

Sophie

« Pour commencer, je tiens à préciser que le cheval ne fait pas partie des animaux avec lequel je suis le plus à l’aise. Il est vrai que sa masse musculaire et sa taille ont tendance à facilement m’impressionner. J’ai eu rarement l’occasion de le côtoyer, mis à part quelques stages étant petite et je n’interprète pas toujours correctement ses réactions. Hormis quelque moment d’hésitation au démarrage, cette appréhension ne m’a pas posé de problèmes particuliers durant la séance. Les exercices se sont enchaînés, et j’ai discerné rapidement une difficulté à me faire comprendre dans mes intentions. La situation demande d’être claire dans son esprit pour pouvoir discerner convenablement les actions à mettre en œuvre. Je n’ai jamais été à l’aise pour prendre les devants car je suis quelqu’un qui me pose beaucoup de questions. Je suis par conséquent rarement sure de moi et faire entendre mes idées s’avère parfois difficile.

Le cheval management m’a permis de me confronter à ce cas de figure où il est de mon devoir de m’affirmer pour bien me faire entendre et surtout comprendre. Ce cadre inhabituel offre la possibilité de s’exercer et de s’améliorer en quelques heures sur des attraits de notre personnalité qui surgissent tout au long de notre vie. À la fin de la séance, on se retrouve face aux évidences et aux différentes solutions que l’on a réussi à proposer. Pour ma part, la tâche la plus ardue réside ici. Lorsque l’on sait qu’il ne reste plus qu’à adapter ce que l’on vient d’appliquer avec le cheval à notre quotidien. »

image

Salomé

« J’ai ressenti cette expérience d’une manière plus personnelle que professionnelle.

Tout d’abord, j’étais légèrement inquiète à l’idée de devoir me confronter à un être qui pouvait ressentir mes émotions malgré mon désir de les camoufler.

En rentrant dans le manège, lorsque je me suis retrouvée face à Sylight, un beau cheval blanc tacheté de noir, le courant est tout de suite passé, il s’est collé à moi et ne me lâchait plus.

Durant les exercices, je me sentais bien, en confiance, Sylight suivait toutes mes propositions à mon grand étonnement. J’ai pris énormément de plaisir à travailler avec un cheval pour une première fois.

Cet exercice m’a prouvé que j’avais un peu de leader en moi, et que je pouvais être claire dans mes intentions. Ce qui m’a marqué, c’est que je me sentais moi-même face à Sylight, j’étais authentique avec lui comme avec moi, chose que je ne retrouve pas dans mes interactions avec les humains. J’ai donc poursuivi dans cette direction en cherchant à comprendre ce qui créer cette différence.

Ma réponse est le jugement. Face à une personne, je me sens jugée ce qui m’incite à me juger moi-même. À la suite de ce cheminement, je me bride, je me censure, donc je ne suis plus vraiment moi-même.

Maintenant, il ne reste plus qu’à chercher comment me retrouver et retrouver cette confiance… »

image

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.

Témoignages de trois stagiaires en communication à Terre d’illich

« Je m’appelle Xavier, je suis en deuxième année en Licence Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Catholique de l’Ouest à Arradon. J’effectue un stage d’un mois avec deux autres étudiantes au sein de l’écurie Terre d’illich, où plusieurs missions nous ont été confié afin de modifier, de créer ou d’améliorer le système de communication.

Terre d’illich n’est pas seulement une écurie, elle aspire à bien plus, notamment à une production de produits Bio, cours de cuisine et différents stages aussi diversifié les uns que les autres, mais qui tourne toujours autour du cheval. On ressent l’envie de chaque membre de vouloir donner le meilleur d’eux-mêmes, afin d’arriver aux résultats qu’ils se sont fixés.

L’ambiance de Terre d’illich est très agréable, très calme et très reposante. Ils forment une grande famille dans laquelle les chevaux occupent une grande place. Ce phénomène représente un contexte de travail très agréable et la motivation nécessaire afin d’accomplir un travail qui pourra leur permettre d’avancer dans leur projet.

Je suis heureux de pouvoir apporter mon aide durant ce stage afin de pouvoir faire un petit peu avancé leurs projets qui se concrétisent au fur et à mesure que le temps passe. »

« Je m’appelle Salomé, j’ai 20 ans et je suis comme les autres en Licence Information-Communication en seconde année. Pour mon stage, je ne savais pas où aller car je n’ai pour le moment aucune idée de projet professionnel concret. C’est alors que mon amie Sophie m’a parlé de l’endroit où elle faisait son stage, apparemment, ils rechercheraient encore un ou deux stagiaires en communication en plus.

Après un bref échange téléphonique, je me suis rendue sur place, c’est à ce moment que j’ai eu mon coup de cœur pour Terre d’illich. Le cadre, les chevaux, les acteurs, les idéaux, la philosophie, les projets, m’ont plu et intéressé. Peu de temps après un autre ami, Xavier, c’est joint à nous pour son stage, c’était parfait. Nous travaillons dans un petit studio au-dessus de leur accueil, on a des canapés, un lit, des bureaux évidemment, et même une salle de bains. Bref « On se met bien quoi ! »

Gilbert travaille souvent avec nous au bureau, ce qui est parfait car il est toujours disponible si nous avons des doutes, des questions, il est là. Mireille et Martine, c’est autre chose, toujours à gauche ou à droite. Il est difficile de les intercepter. Martine disait que Terre d’illich est une véritable ruche, on devine qui fait les abeilles. Nous avons quand même tous les matins un moment avec Mireille pour faire un bilan. Ce qui est agréable, c’est que nous avons toujours notre mot à dire et qu’ on se sent écouté… Bref, à Terre d’illich, ils sont humains. »

« Nos missions ? Gérer la communication internet, c’est-à-dire, faire et programmer les futurs posts sur Facebookcréer et gérer le blog, faire les finitions du site internet, faire des affiches afin de promouvoir les stages à venir. Du coup, on rédige, met en page interview, photographie, on s’immerge complètement dans la vie du centre équestre. J’ai appris beaucoup ici, nous avons eu un cours sur WebCreator avec Cédric leur informaticien, j’ai découvert comment faire une programmation Facebook…

Mais je n’ai pas seulement appris sur la communication, j’ai appris beaucoup sur leur philosophie, qu’elle en est devenue mienne : les créatifs culturels. J’ai découvert l’Equitude, le Cheval Management auquel on a pu participer à une séance. J’ai appris sur les chevaux et j’ai découvert par la même occasion que je me sentais bien avec ces animaux, j’aimerais en apprendre plus sur eux.

Très vite, on se sent chez soi à Terre d’illich, en toute honnêteté, je n’ai aucune envie de quitter cet endroit et encore moins pour retourner à la fac, mais chaque bonne chose à une fin n’est-ce pas ?

image

De gauche à droite: Sophie, Xavier et Salomé.

Je me nomme Sophie, j’ai 19 ans et je suis à l’UCO d’Arradon avec Salomé et Xavier. J’effectue un stage d’1 mois à Terre d’illich, une écurie pas comme les autres. « Ici on ne fait pas de l’équitation mais de l’Equitude » m’a dit Mireille lors de mon entretien. Concept que je n’arrivais pas bien à cerner avant de travailler chez eux, mais qui attisait ma curiosité. Notre rôle au sein de cette écurie vise à améliorer et créer des axes de communicationpour le site internet, le Facebook, le blog ou encore les stages qui y sont proposées. Pour cela, il nous aura fallu concevoir des affiches, des postes, des articles ainsi que des montages photos. Pour ma part, j’ai trouvé ce stage particulièrement intéressant car il se détache du monde de l’entreprise brut. Il permet ainsi de nous préparer à travailler pour des domaines que l’on ne connait pas et avec des philosophies peu communes.

Terre d’illich s’associe aux mœurs des créatifs culturels, ce qui est totalement nouveau pour nous mais très enrichissant. Ici on pense émotionressentienvironnement et chevalavant tout. Il est alors possible d’ouvrir des champs de réflexion insolite, en marge de celle que l’on retrouve dans notre société contemporaine. Cette écurie nous apprend à ouvrir notre esprit et surtout être créatif dans ce qui n’a pas l’habitude d’être exploré. L’Equitude comme le Cheval Mangement sont représentatif de cette idéologie en nous poussant à explorer notre moi intérieur.

Un processus bénéfique dans l’émergence de connexions dont nous n’avons pas forcément conscience. Il est difficile de mettre des mots sur l’étendu de ces perceptions psychiques, d’autant plus qu’il est difficile d’aller les chercher pour les apprivoiser et les faire évoluer. C’est pourtant le plan d’action de Terre d’illich qui nous incite à les remarquer, les faire émerger et les travailler. Par cette complexité, il est plus facile de vivre ces expériences plutôt que de chercher à les comprendre, comme il est plus facile de faire agir notre corps plutôt que d’en comprendre le fonctionnement.

En d’autre terme, l’écurie Terre d’illich regroupe tous ces éléments par des mises en situation avec le cheval, afin de nous faire vivre une expérience hors du commun.

http://terredillich.com Le monde selon les chevaux.